Et puis des fois, tout ne se passe pas comme prévu…

Et puis des fois, tout ne se passe pas comme prévu…

    Il y a quatre mois, j’ai été diplômé de licence. Après trois folles années Montpelliéraines, j’étais prête à m’envoler, découvrir une nouvelle ville, de nouvelles personnes, j’étais prête à apprendre des nouveautés, à apprécier les cours, à vouloir étudier encore plus. Alors j’ai envoyé mes dossiers de candidature de Master. Je voulais faire un master qui me permettrait de devenir Rédactrice Web. A défaut de devenir journaliste, je voulais continuer d’écrire, et en faire mon métier. J’ai eu un entretien à Lyon. Alors un jeudi matin je suis partis avec l’amoureux en covoiturage, j’ai marché seule dans Lyon, il faisait très très chaud ce jour-là et je suis allée à mon entretien pendant que ce dernier allait au sien (et oui, le destin c’est d’avoir un entretien dans la même fac, le même jour, pour un master différent avec l’amoureux). Ca ne s’est absolument pas bien passé, du moins c’est le ressenti que j’en ai, trois mois plus tard. Je ne devais pas bien connaitre le sujet, et pourtant, je pensais que si. Ils avaient certainement des attentes plus élevés, je ne devais pas convenir. Je n’ai donc pas été accepté, ni dans ce master, ni dans le second où j’ai postulé à Lyon. Je n’ai pas été accepté à Nantes non plus, une erreur de dossier d’après ce que j’ai compris, donc cette fois ce n’est pas à cause de mes résultats. Je n’ai pas été prise à l’Université d’Aix-Marseille mais à Toulon. Ainsi, j’ai été accepté dans un seul master (et l’amoureux a également été pris là bas). Alors nous avions décidé de partir, non pas pour Lyon ou une ville qui nous faisait envie, mais pour Toulon. Je n’ai rien contre cette ville, je ne la connais pas et je ne la connaitrais certainement pas, mais cela ne m’emballait pas énormément. Le problème, c’est que Montpellier représente énormément de chose. C’est la maison, là où il y a la famille, aussi bien celle de sang que celle qu’on se fait, il y a ces rues que je connais tant, ces lieux que je chéris, ces histoires, j’ai grandi ici durant ces trois dernières années, et je veux partir, je veux découvrir un ailleurs, mais un ailleurs qui me plait. Alors nous avons quand même essayé, nous avons visité la ville et, la magie n’a pas opéré. Mais vraiment pas. Alors, en cette fin aout, alors que notre appartement été vide, prêt à faire l’état des lieux de départ, nous avons pris la décision de rester, à Montpellier. En un temps record, nous avons donc dû nous inscrire à l’Université et trouver un nouvel appartement.
    Quand les choses ne se passent pas comme prévu généralement, il faut un certain temps avant que ça se tasse. De plus, entre temps, j’ai appris que je perdais des échelons de bourse et j’ai du aller vivre chez une amie et chez mon frère, en attendant d’avoir l’appartement (merci à eux de m’avoir hébergé).

    Crédit : pinterest

    Mais tout ça pour en venir où ?

    Au fait que clairement, ces derniers temps, la vie c’était pas top. Je voulais écrire ici, en août, parler du Zoo de Beauval, du Château de Chambord, publier mes morceaux d’été, et dire à quel point c’était une de mes saisons préférées. Et puis, je n’avais pas envie. Parce que je n’avais envie de rien. Et je ne sais pas si ce n’est pas toujours le cas. Mais, il faut se ressaisir. Mardi nous faisons l’état des lieux de notre nouvel appartement, un très bel endroit qui se situe juste à côté de l’université et à dix minutes en voiture de mon job étudiant (et oui, malgré tout ça, j’ai réussi en un temps record à trouver un job et ça, je n’en suis pas peu fière). Ce début d’année fut compliqué, vraiment, mais petit à petit les choses vont aller mieux et c’est à ça qu’il faut penser. Je suis plus perdue que jamais, je ne sais pas ce que je vais faire de ma vie, mais je sais que dans quelques jours, je m’allongerai dans mon lit, dans mes draps, avec mes vêtements dans mon placard. Je retrouverai mes habitudes, notre chat toujours là pour s’endormir là où il ne faut pas (à savoir devant l’écran d’ordi de l’amoureux ou sur mon mac). L’amoureux me fera à manger, on regardera des séries ensembles et puis des fois il criera trop fort en jouant aux jeux vidéos, mais on sera de retour à la maison. Je pense à ça, et je sais que ça ira mieux. Je me sentirai mieux et je pourrai enfin réfléchir à toutes ces choses d’adultes, réfléchir à l’an prochain, travailler énormément, pour être sure, de ne plus avoir de refus, de savoir ce que je veux faire, qui je veux être.

    En attendant j’essaye de revenir, d’écrire à nouveau. Car une chose est certaine, l’écriture me passionne, depuis ces années où j’écrivais des histoires à partir de mots clés dans un petit carnet, à ces nuits entières à écrire mes états d’âmes dans mes carnets, ainsi qu’à toutes ces fois, où j’ai souhaité créer, une histoire, des personnages ou des articles pour ce carnet, mon carnet. C’est pourquoi, je juge important d’expliquer mon absence, même si je n’ai pas une grande visibilité et que certains ne l’auront certainement pas remarqué ; mais je ne pouvais pas faire comme si tout allait bien et que la vie était simple. Car ce n’est pas le cas, et on s’ennuierait si ça l’était. Alors je suis là, encore pour longtemps je l’espère, et dans le cas inverse, tirez-moi par les cheveux et ramenez-moi devant mon écran, pour que je publie à nouveau.


    A demain, ou à la semaine prochaine. En tout cas à très vite, et avec le sourire. 

    Love, Lrn

    Donnez le mot à vos amis !

      Rendez-vous sur Hellocoton !0


      Laisser un commentaire


      %d blogueurs aiment cette page :