Home Culture Jessica Jones : la série Netflix à ne pas rater

Jessica Jones : la série Netflix à ne pas rater

written by Lrndiary 10 novembre 2016

Je suis incapable d’écrire un article de type « S’il ne fallait regarder qu’une seule série en 2016 ce serait… » wowowo, si je n’avais dû regarder qu’une seule série en 2016 ça aurait été très très triste. Alors, si vous deviez regarder plusieurs séries cette année, et que certaines sont passés à travers vos listes de « A regarder quand j’aurai finit mes autres séries » ou encore « Pour quand je suis malade », il est temps de mettre celle-ci en haut de ces listes, car mesdames, messieurs, ça vaut le détour. Je parle donc de : JESSICA JONES.


via GIPHY

Mais c’est quoi Jessica Jones ?

Jessica Jones, c’est une série issue de la collaboration Marvel-Netflix. Je suis une grande fan de l’univers des supers héros. Que ce soit les DC (avec les séries telles que The Flash, Arrow, Legends Of Tomorrow) ou encore les Marvel (avec les films Avengers, Iron Man et compagnie, je n’en ai pas raté un). Niveau série Marvel, je ne mettais jamais aventuré bien loin, seulement le premier épisode de Marvel Agent Of Shield et le premier épisode de Dardevil (shame on me, je sais, mais c’est comme vous, c’est sur la liste « quand j’aurai finis mes autres séries »). Et puis, je ne sais plus trop ce qu’il s’est passé. J’avais fini mon binge watching intensif des séries CW (dont le scénario me plaisait) et j’avais mon abonnement Netflix. Alors à payer, autant commencer une série qui est diffusé dessus. Ainsi, j’ai découvert Jessica Jones et l’univers Marvel x Netflix.

Alors pourquoi il faut regarder ?

A première vue, il n’y a aucune raison pour que j’aime cette série. L’ambiance est très noire, ça se passe majoritairement la nuit. De la sorte, pas de couleur flashy, de chanson de teenager et de joie immense (#TeamFeelGood) mais j’ai quand même accroché. On est loin des héros Marvel fanstasmique à la Captain America. Ici n’est pas question d’être bien apprêté, d’avoir un physique de rêve et d’être toujours bien coiffé. D’ailleurs, Jessica Jones n’est presque jamais présenté à son avantage. Elle est un peu comme vous et moi. Avec sa gueule de bois, avec son jean et ses rengers. Le lundi elle tire la tronche (ainsi que tous les autres jours de la semaine). Elle est grossière, elle boit beaucoup trop, mais elle est badass !

via GIPHY

Hormis le fait que cette série soit bien différente de ce que je regarde généralement, venons en au synopsis. De quoi ça parle ?

Jessica Jones est adapté des comics Alias publié sur le label MAX (la partie plus mature des comics Marvel). Jessica Jones est une détective privée, à la force sur-humaine. Ça ne fait pas d’elle la cousine éloignée d’Hulk, mais juste une jeune femme capable de porter un évier en marbre, de tuer quelqu’un en lui tordant le cou ou encore de mettre à terre quiconque se mettrait en travers de son chemin. Comme je disais, elle n’est pas très différente de nous ! Jessica Jones donc, le personnage éponyme, a subi un traumatisme à cause du méchant de la série, Killgrave, joué par David Tennant (raison n°2 de regarder la série), qui a la capacité de contrôler les gens. De la sorte, lorsqu’il réapparait dans la vie de Jessica, elle n’a qu’un but : l’anéantir.

via GIPHY

Killgrave, le grand méchant de « Jessica Jones »

Le personnage de Killgrave me rappelle celui des méchants dans les comics. On les déteste mais on ne peut pas s’empêcher d’essayer de l’apprécier. De trouver une faille dans le système pour dire « mais voilà, finalement il a des raisons » non il n’en a pas. Mais l’acteur de Killgrave, David Tenntant, connu pour son rôle dans Doctor Who, nous prouve encore une fois les cordes qu’il possède à son arc. Ce dernier joue merveilleusement bien, le rôle lui va à la perfection, et si quelques fois la série peut sembler un petit peu « lente », il réussit à lui tout seul à la redynamiser.

via GIPHY

Jessica Jones, joué par Krysten Ritter (Aussi connue pour avoir joué dans Don’t Trust the Bitch, Breaking Bad et ses apparitions dans Véronica Mars et Gilmore Girls) épouse le rôle à merveille et offre une très bonne prestation. On a ici un très bel aperçu du stress post-traumatique, de la dépression mais également une petite (grande) notion de féminisme. Le personnage est fort, malgré le fait qu’elle ne veuille pas jouer au héroe, elle en est pourtant un. A aucun moment on ne tombe dans le niais, dans le mélodramatique.

Le personnage survie à quelque chose de compliqué, avance, finalement elle nous ressemble. Ca pourrait également nous faire penser aux violences subites aux femmes. Le personnage a ses vices, rien n’est rendu plus « joli », elle est certainement alcoolique et on comprend très bien comment elle en est arrivée là. Pour une fois, les supers héros ne nous vendent pas du rêve. Ils ont bel et bien des problèmes, mais ce n’est pas à l’aide d’un masque et de flèche qu’ils se règlent.

Alors malgré la noirceur et la longueur des épisodes (50/55 minutes, c’est vraiment un format que j’ai du mal à apprécier). Les épisodes sont très bien, l’histoire avance à son rythme et nous offre un très bon final. Il y a du sang, du sexe, ce qu’il faut d’humour et un bon gratin d’acteur, le combo idéal !


Et toi tu connais Jessica Jones ? Tu aimes ? 

Love, Lrn

Rendez-vous sur Hellocoton !0

You may also like

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :